Rencontre Guy Hocquenghem

Mis en avant

Le laboratoire APP organise avec les Biliothèques de Lyon une rencontre autour de l’héritage de Guy Hocquenghem le mercredi 24 mai, à la médiathèque de Bachut dans le 8ème arrondissement de Lyon. Nous rencontrerons Antoine Idier, auteur des Vies d’Hocquenghem.

Événement Facebook : Cliquez ici

Pour plus d’informations : lionel.cordier@sciencespo-lyon.fr

Nos axes de recherche

Mis en avant

LA POLITIQUE AUX MARGES

Le laboratoire APP souhaite manifester son intérêt pour les formes minoritaires et minorisées du politique. Il souhaite s’inscrire comme relais et amplificateur de nouveaux modes d’explorations du monde social, et des nouveaux questionnements politiques qu’ils suscitent.

Le laboratoire s’investit
– à la fois dans le champ social, en s’intéressant aux manifestations et aux mobilisations d’acteurs et d’actrices dont la parole reste peu relayée et dont l’engagement politique présente un intérêt par les enjeux qu’ils soulèvent
– et à la fois au sein des disciplines universitaires, en portant son attention sur des méthodes de recherches originales, dont l’intérêt scientifique et pédagogique est clair mais reste peu valorisé face aux traditions académiques

Nous centrons notre réflexion sur :
1) des modes d’actions politiques peu légitimes mobilisés par les acteurs et actrices des mondes sociaux : infrapolitique, nouveaux mouvements sociaux, politique aux interstices
2) les chercheurs et chercheuses qui les étudient (l’action du chercheur, de la chercheuse et de sa recherche, les productions et effets de la recherche dans les mondes sociaux). Cela permet de mener des débats tant sur des questions de réflexivité que d’épistémologies.
3) des modes d’expressions artistiques et médiatiques minorés et/ou méconnus, et à leurs interpénétrations avec l’élaboration de nouveaux concepts politiques et scientifiques.

Carte blanche – Bureaucratie de David Graeber par Thibault Jeandemange

http://www.la-boutique-militante.com/3766/-bureaucratie-david-graeber.jpg

Si la figure du Vogon vous a toujours paru pathétique, Bureaucratie de David Graeber s’adresse à toutes celles et ceux qui voudraient prolonger la réflexion sur l’administration telle qu’elle est et a pu être mise en récit dans des romans de science fiction comme Le Guide du voyageur galactique de Douglas Adams paru en 1978 (adapté au cinéma sous le nom H2G2 : Le Guide du voyageur galactiqueréalisé par Garth Jennings) ou le film Brazil sorti en 1985 et réalisé par Terry Gilliam.

Publié en 2015 aux éditions Les Liens Qui Libèrent, Bureaucratie élabore une réflexion sur l’histoire de notre rapport singulier à la bureaucratie et révèle comment elle façonne nos vies, à tel point que nous n’en avons même plus conscience. Son auteur, David Graeber, est docteur en anthropologie, économiste et professeur à la London University. Il est notamment connu pour son ouvrage Dettes : 5000 ans d’histoire ainsi que comme l’une des figures de proue du mouvement Occupy Wall Street.

En faisant une critique de gauche – (post)structuraliste – de la bureaucratie et de l’administration David Graeber montre comment, dans une société dite libérale, nous en sommes arrivés à passer une grande partie de notre temps à remplir de plus en plus de formulaires et à quel point nos vies sont gâchées par toute cette paperasserie sans fin. La paperasse administrative est-elle symptomatique de la violence étatique ? Ou ne serait-elle pas plutôt un instrument du capitalisme financier exerçant son contrôle à travers elle pour asseoir son pouvoir ? Pour répondre à ces questions, Graeber développe l’idée que le capitalisme néolibéral a délibérément freiné la technologie et l’a détourné de ce qu’il appelle les « technologies poétiques » (créatrices) au profit des « technologies bureaucratiques » (de surveillance, de discipline, du travail et de tâches administratives). En somme, David Graeber explore les raisons des impératifs administratifs devenus non pas les moyens, mais la fin du développement technologique.

Bien que le titre suppose un ouvrage rude, il n’en est rien. Soucieux d’un style drôle, léger et foisonnant d’exemples, provenant de la culture populaire, Bureaucratie est un livre essentiel pour comprendre notre temps et y apporter des réponses radicales suggérant aussi qu’il peut y avoir quelque chose de pervers ou d’attrayant, voire même de romantique dans la bureaucratie.

Cycle Mémoire Minoritaires

Le laboratoire APP s’associe à nouveau avec les bibliothèques de Lyon et le laboratoire TPG au sein du cycle Mémoires Minoritaires, pour les 2 et 3 février, avec les artistes Tarek Lakhrissi et Nathalie Muchamad.
Un bel évènement pour croiser, penser, dialoguer, se rencontrer autour des questions de diaspora, de genre, des identités queer et minorisées.

med_161116111349-37952

Butterfly / copyright : Nathalie Muchamad

Rencontre et dialogues entre Tarek Lakhrissi et Nathalie Muchamad le 2 février de 17h à 19h, médiathèque de Bachut :

https://www.bm-lyon.fr/spip.php?page=agenda_date_id&source=326&date_id=5961

Diaspora/Situations / copyright : Tarek Lakhrissi

Diaspora/Situations / copyright : Tarek Lakhrissi

Projection de « Diasporas/Situations » de Tarek Lakhrissi, le 3 février de 18h à 20h à la bibliothèque du 7ème, Jean Macé

https://www.bm-lyon.fr/spip.php?page=agenda_date_id&source=326&event_id=2511

Pages Facebook :

https://www.facebook.com/events/1223929017654642/

https://www.facebook.com/events/148245562324926/

Rencontre Socio & BD – 8 septembre

Quand la bande-dessinée et les sciences sociales se rencontrent

Le jeudi 8 septembre de 18h00 à 20h00 – bibliothèque du 7e Jean Macé

Que peuvent s’apporter la bande dessinée et les sciences sociales ? Quels dialogues peuvent s’instaurer entre une sociologue et une bédéiste? Rencontre avec Yasmine Bouagga, sociologue et co-directrice de la collection Sociorama chez Casterman, et l’illustrateur Helkrava, qui publie à la rentrée « La Banlieue du 20h ».

Affiche Socio&BD-page-001

En partenariat avec les bibliothèques de Lyon, cette rencontre vous propose d’explorer les liens entre sciences sociales et bande dessinée, en revenant sur le lancement de la collection Sociorama, qui se propose d’illustrer et d’enrichir des travaux de sociologie aux terrains aussi divers que l’aviation, la pornographie, les séducteurs de rue etc.

Que peuvent s’apporter la bande dessinée et les sciences sociales ? Quels dialogues peuvent s’instaurer entre une sociologue et une bédéiste, et comment chacun peut-il apprendre à sortir des routines de sa propre discipline ? Le travail d’illustration a-t-il un effet sur la réception, la compréhension des enquêtes ? La BD peut-elle contribuer à rendre davantage vivante et accessible une discipline souvent perçue comme trop académique et aride ? A l’inverse travailler avec les sciences sociales change-t-il l’écriture, le dessin d’une œuvre plastique ? Un auteur de bande dessinée n’est-il pas déjà sociologue à sa façon ?

Conférence #OnVautMieuxQueÇa

Conférence – Engagement par internet
#OnVautMieuxQueÇa – Chronique d’un slogan qui mobilise, avec Dany Caligula

Lundi 11 Avril 2016

de 18h à 20h, à Sciences Po Lyon, Amphithéâtre Leclerc

14, Avenue Berthelot 69007 LYON

Entrée gratuite – Réservation obligatoire : https://www.weezevent.com/conference-dany-caligula

Document1-page-001
Le 24 février 2016 une vidéo intitulée Onvautmieuxqueça est postée sur youtube. Regroupant des Youtubeurs/Youtubeuses, vidéastes, blogueurs/blogueuses, vulgarisateurs/vulgarisatrices d’un savoir philosophique, sociologique, historique, linguistique mais également critique sur les cultures populaires, cette vidéo est très largement vue et partagée sur les réseaux sociaux. 
Les protagonistes de cette vidéo pensent que « la prise de parole, condition première à toute  tentative de construction  collective, est fondamentale. Pour cela, le  collectif vise à donner des  outils afin que chacun et chacune puissent  réinvestir l’espace publique  de sa parole et de son expérience. Pour ce  faire, nous mettons à  disposition de ceux et celles qui souhaitent  faire entendre leurs voix,  nos compétences et notre temps.Nous ne  sommes pas des portes-parole,  mais des déclencheurs de parole, simples  relais et récolteurs de paroles  authentiques et légitimes. » (Source : http://www.onvautmieux.fr/qui-sommes-nous) 
Se trouvent dans ce collectif  DanyCaligula, Klaire Fait  Grrr, Naya – La Ringarde, Usul & Charles Oscar Salmacis, Histony, Le  Stagirite, Horizon Gull, Bonjour Tristesse, Buffy Mars et d’autres… Cette initiative ad-hoc à la pétition par la militante Caroline de Haas sur Change.org, qui a recueilli un million de signature en quelques semaines contre la réforme du code du travail (loi El Khomri), se propose de donner la parole aux internautes sur leurs conditions de travail, de précarité, de chômage, d’inactivité... et de la relayer. 
Cette action, intéressante et stimulante, sort des schémas traditionnels de l’engagement politique et militant. Nous souhaitons donc donner la parole à ces vidéastes ayant décidé de lier un travail de vulgarisation scientifique (via leur chaine youtube) à des actions politiques, de terrain et des interventions dans la sphère publique, afin de mieux comprendre leur démarche. 
Les questionnements que nous avons sont multiples et renvoient à des problématiques classiques en science politique comme en sociologie. Nous pouvons en dégager 2 séries.
 La légitimité sur internet
La prise de parole sur internet:
Les questions sur la légitimité des individus à prendre la parole et s’exprimer dans l’espace public se pose. Si internet permet l’accès technique, en tant que diffuseur, à l’ensemble des internautes, les freins sociaux sont nombreux et ne dépendent pas des individus mais des structures sociales dans lesquelles ceux-ci baignent quotidiennement. 
* Pourquoi prendre la parole sur internet ?
* Comment prendre la parole sur internet ? Comment se présenter (par son origine sociale, par son genre, à visage découvert, caché) ? 
* Prendre la parole pour dire quoi ? 
Le gain de légitimité par la visibilité
Des vidéastes ont connu, par les vidéos qu’ils produisent, un certain succès auprès du public (souvent un public délaissant la télévision). Le partage et la diffusion des vidéos de ces producteurs de contenu les ont amené à être considérés comme des interlocuteurs légitimes dans l’espace public par certains médias traditionnels (télé, presse écrite, radio) et certaines personnalités venant du monde du théâtre, du cinéma ou du champ politique, des institutions (ENS, Sciences Po) . 
* Quels sont les rapports qu’ils entretiennent avec les médias traditionnels (télé, radio, presse écrite) ? 
* Quels sont les rapports qu’ils entretiennent maintenant avec les institutions qui les invitent (univsersité, Sciences Po, ENS) ? 
* Quels sont les rapports avec les publicitaires ? Avec la plateforme hébergeante ? 
Recueillir la parole pour la diffuser ensuite…
Les vidéastes utilisent leurs poids et influence sur internet et dans les réseaux dans lesquels ils/elles sont pour rendre présente une parole qui est absente de l’espace public.
    Quels sont les biais ? Qui choisit les extraits diffusés ? Qui sont les gens qui parlent (origine sociale/genre/orientation sexuelle/racisé…) 
 Internet comme nouvelle espace de mobilisation collectif
Se coordonner politiquement entre producteur de contenus
Tous les Youtubeurs/Youtubeuses, vidéastes, blogueurs/blogueuses ne partagent pas les mêmes idées et opinions politiques. Certains/certaines n’ont pas envie de les exposer. 
* Comment est née ce regroupement politique ? Comment se sont faites les rencontres ?
* Comment est-ce que les vidéastes se coordonnent entre eux ? 
* Quels sont les modes de prise de décision collective ? 
Entre vulgarisation et politisation
Il y a un lien entre la volonté de vulgarisation et de politisation des individus (publics). Les contenus proposés par ces vidéastes invitent à la réflexion, au débat.
* Comment est-ce que ce type d’initiative coïncide avec un travail de vulgarisation sur internet ?
* Comment réussir à susciter des mobilisations et des témoignages sur des problématiques a priori complexes ou difficile d’accès (droit du travail, procédures parlementaires etc)
Des réseaux sociaux à la rue : quand les internautes battent le pavé…
Il y a des gens derrière les tweets, les commentaires facebook et les vidéos youtube (faisant parfois plus de vue que des émissions télé ou émissions de radio, voire plus suivis que les articles de la grande presse écrite) 
* Quels sont les impacts de cette initiative sur les mouvements sociaux qui commençent aujourd’hui à suivre ? Quelles reprises du slogan, des témoignages, de l’objectif de départ (donner la paroles à ceux et celles que l’on n’entend pas) ?

Conférence Agir&Décrire – Geoffroy de Lagasnerie

Pour sa première conférence sur le thème du chercheur et de l’engagement, le laboratoire junior APP a le plaisir d’inviter Geoffroy de Lagasnerie.

Jeudi 10 mars 2016

de 18h à 20h, à Sciences Po Lyon, Grand Amphithéâtre

14, Avenue Berthelot 69007 LYON

Entrée gratuite – Réservation obligatoire :

https://www.weezevent.com/conference-geoffroy-de-lagasnerie

Affiche Conf1.3-page-001

Le laboratoire junior APP (Sociologies et Philosophies des Actions, Pratiques et Publics) organise un premier cycle de conférences et de dialogues pour l’année 2016, les conférences « Agir&Décrire », sur le thème de la recherche et de l’engagement. 

Le laboratoire souhaite ainsi donner la parole à des personnalités ayant décidé de lier un travail de recherche intellectuelle à des actions politiques, de terrain et des interventions dans la sphère publique, se plaçant en marge des exercices classiques du travail de recherche. Avec ce cycle, le laboratoire s’interroge sur les frontières de la recherche en sciences sociales, en philosophie et dans les arts, sur l’exploration de nouvelles formes de vulgarisations et de contact avec les publics, sur les enjeux politiques et matériels de l’innovation intellectuelle, et sa (ré)appropriation par les publics directement concernés.

Geoffroy de Lagasnerie est philosophe et sociologue. Il est professeur à l’Ecole nationale supérieure d’arts de Paris-Cergy. Auteur notamment de Juger, L’Etat pénal face à la sociologie (Fayard, 2016), L’Art de la révolte. Snowden, Assange, Manning, (Fayard, 2015), La Dernière Leçon de Michel Foucault (Fayard, 2012), Logique de la création (Fayard, 2011)

Conférences Agir&Décrire

            Le laboratoire junior APP (Sociologies et Philosophies des Actions, Pratiques et Publics) organise un premier cycle de conférences et de dialogues pour l’année 2016, les conférences « Agir & Décrire », sur le thème de la recherche et de l’engagement. 

            Le laboratoire souhaite ainsi donner la parole à des personnalités ayant décidé de lier un travail de recherche intellectuelle à des actions politiques, de terrain et des interventions dans la sphère publique, se plaçant en marge des exercices classiques du travail de recherche. Avec ce cycle, le laboratoire s’interroge sur les frontières de la recherche en sciences sociales, en philosophie et dans les arts, sur l’exploration de nouvelles formes de vulgarisations et de contact avec les publics, sur les enjeux politiques et matériels de l’innovation intellectuelle, et sa (ré)appropriation par les publics directement concernés.

Ce cycle s’intéresse autant à des parcours qu’aux enjeux éthiques, épistémologiques et politiques rencontrés par ces invité-e-s. Il questionne aussi l’impact que ces positionnements peuvent avoir sur les parcours des jeunes chercheurs et chercheuses.

Y-a-t-il des parcours spécifiques, des évènements ou des enjeux éthiques spécifiques qui mène le chercheur à s’engager ? À quels moments, par quels détours, par quelles décisions le chercheur, l’intellectuel décide-t-il de lier son travail de description du réel à un engagement politique ? Ce genre d’instant existe-t-il vraiment ou bien la portée politique du travail de recherche était-elle une évidence en soi depuis le départ pour nos invité-e-s ? Comment échapper au rôle de prophète, du « seul contre tous » et de la critique comme unique mode de validation ?

Quels sont les enjeux épistémologiques d’une mise en lien entre engagement politique et intellectuel ? Comment justifier l’élaboration et l’usage de nouvelles méthodes de recherche, de démarches annexes ou se posant en rupture avec des cadres d’analyses scientifiques déjà constitués ? Quel peut être l’impact d’outils de recherche qui cassent parfois délibérément des cadres cognitifs et des routines de travail durablement installés ? Comment faire face à la critique académique ou aux injonctions de normalisation ? Quelles relations à la communauté académique et universitaire, peut-on s’en extraire ? Doit-on se positionner à l’extérieur du champ académique pour espérer se faire entendre ?

Comment l’engagement intellectuel peut-il permettre de former de nouvelles relations avec la sphère publique ? Comment établir des liens entre le savoir académique et les publics visés ou étudiés ? Comment désenclaver et démocratiser la production des savoirs, permettre aux profanes de construire avec les chercheurs ?

Comment intégrer et valoriser les savoirs profanes à des travaux de recherche plus classiques sans créer de hiérarchie ? Est-il même nécessaire de les intégrer, comment penser une désacralisation du champ scientifique ? Rediscuter de la position du chercheur n’amène-t-il pas finalement à redéfinir les termes mêmes de recherche ? Quelles places pour l’autodidacte, pour l’artiste, le  créatif, ou les prétentions à l’explication et à dire le réel, prétentions qui bourgeonnent et débordent de plus en plus les cadres académiques ?

Lecture – Vers un cauchemar algorithmique ?

Dominique CARDON, « A quoi rêvent les algorithmes, nos vies à l’heure des big data », Seuil-La République des idées, Novembre 2015, 112p.

9782021279962

Lecture réalisée par Lionel CORDIER

 » (…) On pourrait dire que la communication, c’est la transmission et la propagation d’une information. Or une information, c’est quoi ? C’est pas très compliqué, tout le monde le sait : une information, c’est un ensemble de mots d’ordre. Quand on vous informe, on vous dit ce que vous êtes sensés devoir croire. En d’autres termes : informer c’est faire circuler un mot d’ordre. (…) C’est ça l’information, la communication, et, indépendamment de ces mots d’ordre, et de la transmission de ces mots d’ordre, il n’y a pas de communication, il n’y a pas d’information. Ce qui revient à dire : que l’information, c’est exactement le système du contrôle. »
Deleuze – « Qu’est-ce que l’acte de création ? » Conférence du 17 Mai 1987

Tous les deux jours, nous produisons aujourd’hui plus d’informations que l’humanité n’en a généré depuis ses débuts (CARDON, p.11). La constitution de ces gigantesques masses de données, les Big Data, vient aujourd’hui alimenter les rêves et les cauchemars les plus fous : séparation obsolète entre privé et public, fusion progressive de l’humain et de la machine, avènement d’un monde rationnel, délivré des affres de la politique et des subjectivités humaines…
Mais au-delà de ces fantasmes, que font les algorithmes à nos sociétés, aux sciences sociales et aux épistémologies sur lesquelles s’appuient nos démarches ? Quels sont les enjeux philosophiques portés par l’usage de ces nouveaux outils ? Et plus largement, de quelle façon ceux-ci viennent transformer et créer de nouveaux usages politiques ?
C’est à ces interrogations que se propose de répondre Dominique Cardon, sociologue au laboratoire des usages d’Orange Labs, dans son dernier ouvrage « A quoi rêvent les algorithmes ». Le livre est didactique, accessible, et en évitant de tomber dans le jargon informatique nous permet d’accéder à un large panorama d’enjeux passionnants.

Ce genre d’ouvrage vient combler une lacune importante au sein des sciences sociales, qui semblent pour l’instant assister impuissantes ou indifférentes à l’émergence des Big Data, aux prétentions démiurgiques de la Silicon Valley et des GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon). La nécessité d’intégrer dans nos réflexions, dans nos recherches, ces outils numériques émergents devient ainsi un enjeu vital, comme le rappelait encore récemment Dominique Boullier qui en appelle à la constitution de « Social Data Sciences ».
Non pas en remplacement des outils que nous mobilisons déjà, mais bien comme de nouvelles extensions, qui doivent nous permettre aussi de nous retourner sur le chemin parcouru, construire de nouvelles réflexivités sur le rôle et les fonctions des sciences sociales. En apercevant les bouleversements à venir de ces nouveaux usages du numérique, ce ne sont pas seulement les sciences sociales qui seront touchées, mais bien aussi les humanités et les logiques de création, nos façons de faire de la politique et de la philosophie.

Nous proposons ici d’aborder sereinement les enjeux posés par la constitution des algorithmes, car comme toute nouvelle innovation technique celle-ci semble davantage venir augmenter, accélérer, mettre en évidence des mouvements déjà à l’œuvre depuis longtemps dans nos sociétés. A travers ce retour sur l’ouvrage de Dominique Cardon, nous nous proposons d’en dégager les principales lignes, autant de lignes de fuite pour de nouveaux questionnements.

Sociotechnique

Il n’y a pas de vraie frontière entre humain et machine. Cet ouvrage est d’abord un appel à cesser de cultiver la peur ou une indifférence feinte vis-à-vis des nouvelles « machines à calculer ». Cesser d’être indifférent face aux algorithmes, c’est cesser de jouer sur les oppositions binaires et d’entretenir cette vision classique d’opposition entre « la froide rationalité des machines » qui s’opposerait à « notre subtile sagacité » (p.7). Cette vision fait plus de mal aux sciences sociales qu’elle ne les sert.
Apercevoir la nature « sociotechnique » de nos sociétés, c’est comprendre donc que « nous fabriquons les calculateurs et [qu’]ils nous construisent en retour » (p.7). Il s’agit là en vérité d’un point central qui préside à l’ensemble de l’ouvrage : cesser de penser ce qui serait une frontière entre d’un côté l’humanité et de l’autre la technique.
L’algorithme vient répondre à des besoins humains, les humains adaptent leurs usages face aux effets provoqués par les algorithmes. Les algorithmes sont eux-mêmes les fruits de concepteurs inscrits dans l’espace social, qui entretiennent leurs propres vues de monde et de ce qu’il doit être. Envisager l’algorithme comme fondamentalement externe à toute logique humaine, c’est s’empêcher de le penser comme objet social.
Par exemple face au « page-ranking » de Google, à la hiérarchisation des sites web selon leur « force sociale » par le moteur de recherche, les concepteurs de sites vont inventer les machines à clics, vont changer leurs façons d’écrire (p.23). Mais cette récompense au mérite que produit Google provient elle-même du monde du logiciel libre, de la récompense au mérite selon les apports de chaque internaute.
Dominique Cardon décrit ainsi un véritable jeu du chat et de la souris (p.23), où les techniques de Google viennent influer sur la façon d’organiser et d’écrire le web. Ces effets rétroactifs s’observent partout, avec des internautes qui se révèlent de plus en plus inventifs et spécialistes de la construction de popularité, de réputation. Par exemple les entreprises, les administrations consultent et apprennent que les meilleurs moments pour diffuser un contenu sur les réseaux se situent le lundi à 11h (p.28), vont créer des contenus plus interactifs, etc.

De la nature de l’algorithme. Dominique Cardon vient définir l’algorithme de façon diaboliquement simple : « une série d’instructions permettant d’obtenir un résultat » (p.7). Sa nature complexe n’apparaît que dans le sens où celui-ci est capable d’opérer à grande vitesse, avec une quantité phénoménale de données.
C’est là le deuxième visage de la révolution en cours : l’accumulation sans précédant d’informations. Mais ces amas d’informations ne sont rien s’ils ne sont pas triés, organisés, mis en cohérence. Ils ne formeraient (et forment la plupart du temps) qu’un ensemble gigantesque et illisible de données incohérentes. La mise en algorithme de ce monde de données, c’est d’en dégager une certaine lisibilité, une interprétation du réel.
Comment fonctionnent-ils ? Dominique Cardon nous répond : « de manière inductive, [ils] partent à la recherche de régularités en faisant le moins d’hypothèses possible » (p.47), dans une logique qui viendrait effacer peu à peu toute tentative de théorisation : ils ne cherchent qu’à dessiner des ensemble de corrélations, c’est à dire des ensemble de « coïncidences », de suites similaires, de variables cachées qui nous auraient échappées.
C’est à partir du nombre de communications téléphoniques dans le RER A que l’on va observer une hausse similaire des files d’attente à Disneyland (p.67), les assureurs sauront que les clients qui achètent des feutres pour leurs pieds de table afin de ne pas rayer leur parquet sont aussi ceux qui auront un comportement automobile plus prudent (p.47) etc.

Des corrélations sans causes. Les corrélations n’ont donc plus besoin de causes. C’est ce que semble nous dirent les algorithmes. Il n’y a plus besoin de bâtir des modèles explicatifs où des causes on déduit des conséquences. Les algorithmes produisent un travail inverse, ils observent les conséquences, et en déduisent, si besoin, un ensemble de causes probables.
Mais ce que vient signaler Chris Anderson, avec toute l’arrogance propre à la Silicon Valley, c’est qu’il n’est même plus essentiel de connaître les raisons de pourquoi les gens font ce qu’ils font, il suffit de savoir qu’ils le font, cela est suffisant pour créer de nouveaux algorithmes de prédiction sur ce qu’ils feront demain.
Anderson en vient ainsi à clamer « la fin de la théorie » et l’abandon des modèles explicatifs « a priori ». Les algorithmes ne viennent nourrir qu’une « mosaïque constamment révisable de micro-théories contingentes » (p.47), réduites également à l’individu et à des comportements proprement personnels, qui ne s’embarrassent plus des catégories sociales dans lesquelles on le classait auparavant.
C’est oublier une hypothèse de base qui guide tous les algorithmes, que ceux-ci servent à calculer la popularité, l’autorité, la réputation voire à faire des prédictions : « lls demandent au caractère régulier et monotone du comportement des utilisateurs de stabiliser les modèles en les aidant à apprendre les bonnes corrélations » (p.59).
Ainsi les modèles de prédiction par exemple se base sur l’hypothèse basique suivante : « le futur sera une reproduction du passé » (p.63). Le plus passionnant ici étant qu’en dégageant ces caractères réguliers, les algorithmes ne font que mettre en évidence le concept d’habitus de Bourdieu, à savoir « cette disposition incorporée à travers laquelle la société façonne des choix réguliers et prévisibles, jusque dans les petits anfractuosités du quotidien » (p.59). Les algorithmes deviennent donc une cartographie gigantesque des habitus de chacun.

La fin des catégories ? Ainsi en prétendant individualiser les mesures des comportements de chacun, Cardon signale le tournant économétrique que font prendre les algorithmes à notre perception du social, et l’amenuisement du rôle des catégories statistiques, qui sierait mieux aux sociétés plus hiérarchiques des anciens médias de masse (p.40).
Mais comme il le signale plus loin, la catégorisation ne disparaît pas, elle se révèle tout simplement beaucoup plus fine et précise, parfois jusqu’à l’absurde, comme ces 77 000 microgenres formés par Netflix par l’observation de ses consommateurs, tels que « thrillers violents au sujet des chats pour les 8-10 ans » (p.75)…
Les algorithmes peuvent également venir refléter les vues racistes ou sexistes de ses usagers. Latanya Sweeney, une chercheuse afro-américaine, constate ainsi que Google proposera dans ses suggestions de voir si elle a déjà été arrêtée, et ne tend à reproduire cette proposition que pour les personnes noires. On peut citer aussi l’algorithme de GoogleMaps, qui avait rebaptisé la Maison blanche « la maison du nègre » en se référant aux requêtes des internautes. Ainsi, pour Cardon, « livré à lui-même, le calculateur s’appuie sur les comportements des autres internautes et contribue « innocemment  » si l’on ose dire à la reproduction de la structure sociale, des inégalités et des discriminations. » (p.75)
Enfin l’algorithme peut aussi venir invisibiliser un mouvement social lorsque celui-ci ne correspond pas à ses critères de classements. Cardon vient ainsi rappeler les critiques virulentes de participants au mouvement « Occupy Wall Street » contre Twitter qui ne faisait pas remonter dans ses tendances les mots-clics #occupy et #OWS, certes populaires mais pas assez « explosifs », ne correspondant donc pas à ce que Twitter considère être un mouvement d’opinion « immédiat et simultané » (p.73).

Déconstruire la machine à fantasmes

Les algorithmes ne peuvent pas (encore) tout, et leur critique vient souvent viser « à côté », c’est à dire qu’en les prenant pour ce qu’ils ne sont pas, nous restons aveugles à leurs véritables potentialités.
Par exemple les algorithmes de prédiction sont également de véritables machines à créer de « faux positifs » (p.67), l’hypothèse d’une marge d’erreur de 1% pour un algorithme capable de prédire un comportement terroriste dans la population française désignerait tout de même des centaines de milliers de personnes non concernées. Des interrogations similaires se dessinent pour des algorithmes de prédiction du crime, comme Bilel Benbouzid s’en était déjà fait l’écho.

Emotions et réflexion à long terme, les dernières frontières ? Si les techniques de prédiction ne sont pas toujours très efficaces, l’abandon par Google de son algorithme à prévoir les épidémies, GoogleFlu, montre notamment la difficulté à relier ce que Cardon va nommer « le signal et la trace » (p.64), c’est à dire l’émission d’un signal et le contexte dans lequel celui-ci est né. Autrement dit l’une des difficultés actuelles dans la conception des algorithmes, c’est de comprendre la signification donnée à un signal (p.66), autrement dit la subjectivité de son émetteur. La quantification et la prédiction des émotions continuent donc de donner des sueurs froides aux programmeurs, et ne donnent pour l’instant que des résultats très limités (p.57)… Comment saisir l’usage de l’ironie sur Twitter, ou bien si la diffusion du message d’un politique sur Facebook vise à le dénigrer ou le porter ? Cela peut s’observer également dans la traduction automatique, qui peine toujours à saisir sous-entendus ou sens cachés, d’où un tournant statistique s’appuyant sur les millions de traductions humaines parsemant la toile (p.55).

Pas d’envahissement du privé, mais une « privatisation du privé ». Si Mark Zuckerberg avait un temps voulu enterrer la vie privée, concevoir les enjeux privé/public comme une simple lutte de territoires est peut-être erronée. Pour Cardon, il serait plus judicieux aujourd’hui de considérer que le domaine privé est en situation d’individualisation, ou de « privatisation » (p.70), autrement dit chaque utilisateur en viendrait à faire ses propres arbitrages sur les informations privées qu’il laisserait à la machine. Mais cette idée d’un choix libre et éclairé de la part de l’utilisateur serait peu pertinent et relevant davantage de l’illusion et de la résignation, et exigerait donc en contrepartie un contrôle de nos données non seulement « ex ante », mais également « ex post » c’est à dire l’usage qu’il est fait de nos données après leur émission.

Un monde horizontal, vraiment ? A contrario, l’idée de parler du web comme d’un système en réseau qui permettrait d’équilibrer et faire émerger des voix différentes serait de moins en moins pertinent. Près de 1% des acteurs du web profiteraient de 90% de sa visibilité, profitant ainsi de « l’effet Matthieu » des calculs en réseau (p.86). Ces « glissements vers des répartitions extrêmes » résulte ainsi des structures en réseau qui viennent favoriser les entités disposant d’un positionnement central. Qu’il s’agisse du monde de l’art, des universités, des services ou du journalisme, pour Cardon « l’unification des marchés du jugement contribue à donner aux meilleurs une visibilité surnuméraire » (p.86). Mais cette fabrique de réputation et d’autorité vient aussi invisibiliser les perdants, elle reconduit l’ordre social et diminue l’accès aux ressources des moins favorisés.

« Conduire les conduites » (Foucault)

La fin de la politique ? Pour illustrer les transformations des conduites individuelles et collectives qu’opérerait l’émergence des algorithmes, Cardon s’appuie sur le concept de « dividu » de Deleuze et Anders, pour évoquer la disparition de l’individu dans des flux de contrôle machinique, où « l’individu calculé est un flux » (p.77). L’évocation des sociétés de contrôle par Deleuze sonne également de façon extrêmement contemporaine aujourd’hui, et vient rejoindre les descriptions des nouvelles formes de pouvoir de Foucault, dont l’objectif serait désormais, plutôt que de « surveiller et punir », de « conduire les conduites ». Ainsi un algorithme fonctionne « lorsqu’il parvient à épouser si étroitement le milieu dans lequel il intervient que les comportements des acteurs se règlent sur ses verdicts et que les principes qu’il met en œuvre nourrissent leurs représentations » (p.57), autrement dit l’algorithme procède peu à peu à un enfermement de l’individu, il considérerait « de façon très conservatrice [que les individus] sont rarement à la hauteur de leurs désirs » (p.63).
L’algorithme va aller se coller davantage aux comportements qu’aux aspirations exprimées par ses utilisateurs : par exemple même si des utilisateurs affirment vouloir davantage regarder de films d’Arte, l’algorithme saura que cette aspiration est généralement peu suivie d’effets, et il proposera un choix en conséquence.

Apprendre à ne pas désapprendre. Quels sont les lieux de résistances qui peuvent se dessiner face à l’envahissement par notre quotidien des machines à calculer ? C’est tout d’abord, comme le propose à de multiples reprises Cardon, nous rappeler que c’est l’objet et les buts des algorithmes qui doivent être discuté, et non les algorithmes eux-mêmes. Il est par ailleurs nécessaire de croiser cette objectif avec la protection des données que nous émettons en permanence : comment justifier en effet que « plus les individus sont transparents, plus ceux qui les observent sont opaques » (p.71), de la privatisation des données les plus capitales par les GAFA ?
D’où pour Dominique Cardon l’urgence d’opposer ces contre-calculs, et de multiplier les initiatives d’audit, d’imitations et de copies d’algorithmes (p.93). Ces objectifs doivent nous permettre également « d’apprendre à ne pas désapprendre », c’est-à-dire de constituer des savoirs et des techniques qui nous permettraient de domestiquer les calculateurs qui viennent gérer nos vies.
Le droit vient également peu à peu construire de nouvelles notions juridiques comme une « obligation à la loyauté » revendiquée par le CNNum et le Conseil d’Etat, qui au lieu de tomber dans une critique en cul-de-sac d’algorithmes biaisés, viendrait plutôt obliger à une concordance effective entre objectifs affichés et effets réelles des machines à calculer.

Quelques critiques

* Autonomie ou accès à la parole ? Cardon fait la supposition à plusieurs reprises d’une plus grande autonomie des individus, de sociétés moins hiérarchiques et plus individualistes. Mais l’on peine à comprendre en quoi nous serions davantage autonomes. Il semble qu’il y ait une confusion entre autonomie et l’accès plus général à la prise de parole publique, qui en effet se trouve facilitée par internet (mais qui n’efface pas pour autant tous les biais déjà constatés IRL)
* Une critique de l’entre-soi ? Pour Cardon le fait que les algorithmes au sein des médias sociaux viennent former une « bulle », reprenant les critiques d’Eli Pariser, où nous ne fréquentons que des personnes qui nous ressemblent, serait un problème (p.29). Mais celui-ci n’explique jamais pourquoi. D’une part ce constat n’offre rien de véritablement nouveau sur la question de la réception de l’information, comme il l’indique lui-même, puisque par exemple les sociabilités homophiles des individus politisés étaient déjà constatés pour les médias antérieurs au web : les lecteurs du Figaro choisissent d’acheter le Figaro car ils savent ce qu’ils y trouveront.
D’autre part ce qui ressemble à une critique républicaine assez classique du communautarisme semble oublier que les réseaux sociaux offrent également un refuge informationnel capital pour des personnes vivant déjà des décalages par rapport à leurs milieux, et qui par l’usage de ces réseaux voient la possibilité d’accéder à de nouvelles ressources et de nouveaux contacts qui partagent leurs centres d’intérêts ou de nouvelles techniques de résistance (féministes, LGBT, personnes racisées etc).
* Parler de l’humain. Alors que Cardon commence son livre sur une note fertile, à savoir le non-sens méthodologique à vouloir concevoir l’algorithme comme fondamentalement externe à l’expérience humaine, celui-ci retombe parfois dans l’illusion de la définition d’une supposée essence de l’humanité. Ainsi les machines à calculer ne peuvent être intelligentes face à « l’infinie variété des situations et des contextes » (p.54), sous-entendant que l’intelligence humaine, elle, le pourrait. Si l’exemple sert à poser le passage des machines intelligentes d’hier aux machines statistiques d’aujourd’hui, pourquoi considérer que la constitution d’une intelligence artificielle resterait un horizon inatteignable ? Pourquoi ne pas considérer que peut-être oui, un jour nos machines à calculer nous surpasseront dans tous domaines, y compris ceux que nous considérons classiquement comme les plus « humains » (arts, politique, etc) ?
Nous nous appuierons donc pour conclure plutôt sur une citation de La Zone du dehors, d’Alain Damasio, une œuvre majeure de la nouvelle science-fiction française, s’inspirant largement des œuvres de Deleuze, Guattari et Spinoza, et qui a su également avant l’heure, en 1999 déjà, proposer une réflexion poétique et profonde sur la rationalisation du monde et des nouvelles gouvernances. A côté de la critique politique formulée par Cardon, y-a-t-il une alternative à l’idéal d’amélioration incessante et de fusion avec les algorithmes ?

« Change l’ordre du monde… plutôt que tes désirs… Tes désirs sont désordres… »

 

Pour aller plus loin :

* Gilles BABINET, Big Data, penser l’homme et le monde autrement, Le Passeur, février 2015, 256p.

* Dominique BOULLIER, Les Sciences sociales face aux traces du big data ? Société, opinion et répliques, FMSH-WP-2015-88, avril 2015

* Isabelle BRUNO, Emmanuel DIDIER, Julien PRÉVIEUX, Statactivisme, comment lutte avec des nombres, La Découverte, Hors Collection ZONES, mai 2014, 208p.

* Alain DAMASIO, La Zone du dehors, Cylibris, 2001

* Gilles DELEUZE, « Post-scriptum sur les sociétés de contrôle », in Pourparlers, 1972-1990, Paris, Minuit, 2003

* Alain DESROSIERES, La Politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte, 2000

* Michel FOUCAULT, « Le sujet et le pouvoir », in Dits et écrits, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 1982, tome II, p.1041-1062

* Matthew HINDMAN, The Myth of digital Democracy, Princeton, Princeton University Press, 2009

* Eli PARISER, The Filter Bubble. What the Internet is Hiding from You, New York, The Penguin Press, 2011

* Bill WASIK, And Then There This. How Stories Live and Die in Viral Culture, New York, Viking Books, 2009

Ouverture du Carnet

Bienvenue sur APP, le nouveau carnet Hypothèses du laboratoire junior SophiAPP !

Les notions d’action, de pratique et/ou de public furent centrales pour de nombreuses philosophies et approches sociologiques françaises et internationales à partir des années 1950 (marxisme, nouveaux mouvements sociaux, théorie de l’acteur rationnel, etc.), et sont devenues du fait de cette histoire intrinsèquement polémiques et essentiellement transdisciplinaires. Ce carnet aura pour but de réunir de jeunes doctorants dont les travaux de thèse mobilisent ces notions, pour les faire dialoguer avec des chercheurs, jeunes ou confirmés et issus d’autres disciplines, pour leur permettre à la fois d’avancer dans leurs propres travaux et pour proposer leurs contributions.

Nous vous souhaitons une excellente visite sur notre site et de belles découvertes !