Rencontre Guy Hocquenghem

Mis en avant

Le laboratoire APP organise avec les Biliothèques de Lyon une rencontre autour de l’héritage de Guy Hocquenghem le mercredi 24 mai, à la médiathèque de Bachut dans le 8ème arrondissement de Lyon. Nous rencontrerons Antoine Idier, auteur des Vies d’Hocquenghem.

Événement Facebook : Cliquez ici

Pour plus d’informations : lionel.cordier@sciencespo-lyon.fr

Carte blanche – Bureaucratie de David Graeber par Thibault Jeandemange

http://www.la-boutique-militante.com/3766/-bureaucratie-david-graeber.jpg

Si la figure du Vogon vous a toujours paru pathétique, Bureaucratie de David Graeber s’adresse à toutes celles et ceux qui voudraient prolonger la réflexion sur l’administration telle qu’elle est et a pu être mise en récit dans des romans de science fiction comme Le Guide du voyageur galactique de Douglas Adams paru en 1978 (adapté au cinéma sous le nom H2G2 : Le Guide du voyageur galactiqueréalisé par Garth Jennings) ou le film Brazil sorti en 1985 et réalisé par Terry Gilliam.

Publié en 2015 aux éditions Les Liens Qui Libèrent, Bureaucratie élabore une réflexion sur l’histoire de notre rapport singulier à la bureaucratie et révèle comment elle façonne nos vies, à tel point que nous n’en avons même plus conscience. Son auteur, David Graeber, est docteur en anthropologie, économiste et professeur à la London University. Il est notamment connu pour son ouvrage Dettes : 5000 ans d’histoire ainsi que comme l’une des figures de proue du mouvement Occupy Wall Street.

En faisant une critique de gauche – (post)structuraliste – de la bureaucratie et de l’administration David Graeber montre comment, dans une société dite libérale, nous en sommes arrivés à passer une grande partie de notre temps à remplir de plus en plus de formulaires et à quel point nos vies sont gâchées par toute cette paperasserie sans fin. La paperasse administrative est-elle symptomatique de la violence étatique ? Ou ne serait-elle pas plutôt un instrument du capitalisme financier exerçant son contrôle à travers elle pour asseoir son pouvoir ? Pour répondre à ces questions, Graeber développe l’idée que le capitalisme néolibéral a délibérément freiné la technologie et l’a détourné de ce qu’il appelle les « technologies poétiques » (créatrices) au profit des « technologies bureaucratiques » (de surveillance, de discipline, du travail et de tâches administratives). En somme, David Graeber explore les raisons des impératifs administratifs devenus non pas les moyens, mais la fin du développement technologique.

Bien que le titre suppose un ouvrage rude, il n’en est rien. Soucieux d’un style drôle, léger et foisonnant d’exemples, provenant de la culture populaire, Bureaucratie est un livre essentiel pour comprendre notre temps et y apporter des réponses radicales suggérant aussi qu’il peut y avoir quelque chose de pervers ou d’attrayant, voire même de romantique dans la bureaucratie.

Cycle Mémoire Minoritaires

Le laboratoire APP s’associe à nouveau avec les bibliothèques de Lyon et le laboratoire TPG au sein du cycle Mémoires Minoritaires, pour les 2 et 3 février, avec les artistes Tarek Lakhrissi et Nathalie Muchamad.
Un bel évènement pour croiser, penser, dialoguer, se rencontrer autour des questions de diaspora, de genre, des identités queer et minorisées.

med_161116111349-37952

Butterfly / copyright : Nathalie Muchamad

Rencontre et dialogues entre Tarek Lakhrissi et Nathalie Muchamad le 2 février de 17h à 19h, médiathèque de Bachut :

https://www.bm-lyon.fr/spip.php?page=agenda_date_id&source=326&date_id=5961

Diaspora/Situations / copyright : Tarek Lakhrissi

Diaspora/Situations / copyright : Tarek Lakhrissi

Projection de « Diasporas/Situations » de Tarek Lakhrissi, le 3 février de 18h à 20h à la bibliothèque du 7ème, Jean Macé

https://www.bm-lyon.fr/spip.php?page=agenda_date_id&source=326&event_id=2511

Pages Facebook :

https://www.facebook.com/events/1223929017654642/

https://www.facebook.com/events/148245562324926/

Rencontre Socio & BD – 8 septembre

Quand la bande-dessinée et les sciences sociales se rencontrent

Le jeudi 8 septembre de 18h00 à 20h00 – bibliothèque du 7e Jean Macé

Que peuvent s’apporter la bande dessinée et les sciences sociales ? Quels dialogues peuvent s’instaurer entre une sociologue et une bédéiste? Rencontre avec Yasmine Bouagga, sociologue et co-directrice de la collection Sociorama chez Casterman, et l’illustrateur Helkrava, qui publie à la rentrée « La Banlieue du 20h ».

Affiche Socio&BD-page-001

En partenariat avec les bibliothèques de Lyon, cette rencontre vous propose d’explorer les liens entre sciences sociales et bande dessinée, en revenant sur le lancement de la collection Sociorama, qui se propose d’illustrer et d’enrichir des travaux de sociologie aux terrains aussi divers que l’aviation, la pornographie, les séducteurs de rue etc.

Que peuvent s’apporter la bande dessinée et les sciences sociales ? Quels dialogues peuvent s’instaurer entre une sociologue et une bédéiste, et comment chacun peut-il apprendre à sortir des routines de sa propre discipline ? Le travail d’illustration a-t-il un effet sur la réception, la compréhension des enquêtes ? La BD peut-elle contribuer à rendre davantage vivante et accessible une discipline souvent perçue comme trop académique et aride ? A l’inverse travailler avec les sciences sociales change-t-il l’écriture, le dessin d’une œuvre plastique ? Un auteur de bande dessinée n’est-il pas déjà sociologue à sa façon ?

Conférence #OnVautMieuxQueÇa

Conférence – Engagement par internet
#OnVautMieuxQueÇa – Chronique d’un slogan qui mobilise, avec Dany Caligula

Lundi 11 Avril 2016

de 18h à 20h, à Sciences Po Lyon, Amphithéâtre Leclerc

14, Avenue Berthelot 69007 LYON

Entrée gratuite – Réservation obligatoire : https://www.weezevent.com/conference-dany-caligula

Document1-page-001
Le 24 février 2016 une vidéo intitulée Onvautmieuxqueça est postée sur youtube. Regroupant des Youtubeurs/Youtubeuses, vidéastes, blogueurs/blogueuses, vulgarisateurs/vulgarisatrices d’un savoir philosophique, sociologique, historique, linguistique mais également critique sur les cultures populaires, cette vidéo est très largement vue et partagée sur les réseaux sociaux. 
Les protagonistes de cette vidéo pensent que « la prise de parole, condition première à toute  tentative de construction  collective, est fondamentale. Pour cela, le  collectif vise à donner des  outils afin que chacun et chacune puissent  réinvestir l’espace publique  de sa parole et de son expérience. Pour ce  faire, nous mettons à  disposition de ceux et celles qui souhaitent  faire entendre leurs voix,  nos compétences et notre temps.Nous ne  sommes pas des portes-parole,  mais des déclencheurs de parole, simples  relais et récolteurs de paroles  authentiques et légitimes. » (Source : http://www.onvautmieux.fr/qui-sommes-nous) 
Se trouvent dans ce collectif  DanyCaligula, Klaire Fait  Grrr, Naya – La Ringarde, Usul & Charles Oscar Salmacis, Histony, Le  Stagirite, Horizon Gull, Bonjour Tristesse, Buffy Mars et d’autres… Cette initiative ad-hoc à la pétition par la militante Caroline de Haas sur Change.org, qui a recueilli un million de signature en quelques semaines contre la réforme du code du travail (loi El Khomri), se propose de donner la parole aux internautes sur leurs conditions de travail, de précarité, de chômage, d’inactivité... et de la relayer. 
Cette action, intéressante et stimulante, sort des schémas traditionnels de l’engagement politique et militant. Nous souhaitons donc donner la parole à ces vidéastes ayant décidé de lier un travail de vulgarisation scientifique (via leur chaine youtube) à des actions politiques, de terrain et des interventions dans la sphère publique, afin de mieux comprendre leur démarche. 
Les questionnements que nous avons sont multiples et renvoient à des problématiques classiques en science politique comme en sociologie. Nous pouvons en dégager 2 séries.
 La légitimité sur internet
La prise de parole sur internet:
Les questions sur la légitimité des individus à prendre la parole et s’exprimer dans l’espace public se pose. Si internet permet l’accès technique, en tant que diffuseur, à l’ensemble des internautes, les freins sociaux sont nombreux et ne dépendent pas des individus mais des structures sociales dans lesquelles ceux-ci baignent quotidiennement. 
* Pourquoi prendre la parole sur internet ?
* Comment prendre la parole sur internet ? Comment se présenter (par son origine sociale, par son genre, à visage découvert, caché) ? 
* Prendre la parole pour dire quoi ? 
Le gain de légitimité par la visibilité
Des vidéastes ont connu, par les vidéos qu’ils produisent, un certain succès auprès du public (souvent un public délaissant la télévision). Le partage et la diffusion des vidéos de ces producteurs de contenu les ont amené à être considérés comme des interlocuteurs légitimes dans l’espace public par certains médias traditionnels (télé, presse écrite, radio) et certaines personnalités venant du monde du théâtre, du cinéma ou du champ politique, des institutions (ENS, Sciences Po) . 
* Quels sont les rapports qu’ils entretiennent avec les médias traditionnels (télé, radio, presse écrite) ? 
* Quels sont les rapports qu’ils entretiennent maintenant avec les institutions qui les invitent (univsersité, Sciences Po, ENS) ? 
* Quels sont les rapports avec les publicitaires ? Avec la plateforme hébergeante ? 
Recueillir la parole pour la diffuser ensuite…
Les vidéastes utilisent leurs poids et influence sur internet et dans les réseaux dans lesquels ils/elles sont pour rendre présente une parole qui est absente de l’espace public.
    Quels sont les biais ? Qui choisit les extraits diffusés ? Qui sont les gens qui parlent (origine sociale/genre/orientation sexuelle/racisé…) 
 Internet comme nouvelle espace de mobilisation collectif
Se coordonner politiquement entre producteur de contenus
Tous les Youtubeurs/Youtubeuses, vidéastes, blogueurs/blogueuses ne partagent pas les mêmes idées et opinions politiques. Certains/certaines n’ont pas envie de les exposer. 
* Comment est née ce regroupement politique ? Comment se sont faites les rencontres ?
* Comment est-ce que les vidéastes se coordonnent entre eux ? 
* Quels sont les modes de prise de décision collective ? 
Entre vulgarisation et politisation
Il y a un lien entre la volonté de vulgarisation et de politisation des individus (publics). Les contenus proposés par ces vidéastes invitent à la réflexion, au débat.
* Comment est-ce que ce type d’initiative coïncide avec un travail de vulgarisation sur internet ?
* Comment réussir à susciter des mobilisations et des témoignages sur des problématiques a priori complexes ou difficile d’accès (droit du travail, procédures parlementaires etc)
Des réseaux sociaux à la rue : quand les internautes battent le pavé…
Il y a des gens derrière les tweets, les commentaires facebook et les vidéos youtube (faisant parfois plus de vue que des émissions télé ou émissions de radio, voire plus suivis que les articles de la grande presse écrite) 
* Quels sont les impacts de cette initiative sur les mouvements sociaux qui commençent aujourd’hui à suivre ? Quelles reprises du slogan, des témoignages, de l’objectif de départ (donner la paroles à ceux et celles que l’on n’entend pas) ?

Conférence Agir&Décrire – Geoffroy de Lagasnerie

Pour sa première conférence sur le thème du chercheur et de l’engagement, le laboratoire junior APP a le plaisir d’inviter Geoffroy de Lagasnerie.

Jeudi 10 mars 2016

de 18h à 20h, à Sciences Po Lyon, Grand Amphithéâtre

14, Avenue Berthelot 69007 LYON

Entrée gratuite – Réservation obligatoire :

https://www.weezevent.com/conference-geoffroy-de-lagasnerie

Affiche Conf1.3-page-001

Le laboratoire junior APP (Sociologies et Philosophies des Actions, Pratiques et Publics) organise un premier cycle de conférences et de dialogues pour l’année 2016, les conférences « Agir&Décrire », sur le thème de la recherche et de l’engagement. 

Le laboratoire souhaite ainsi donner la parole à des personnalités ayant décidé de lier un travail de recherche intellectuelle à des actions politiques, de terrain et des interventions dans la sphère publique, se plaçant en marge des exercices classiques du travail de recherche. Avec ce cycle, le laboratoire s’interroge sur les frontières de la recherche en sciences sociales, en philosophie et dans les arts, sur l’exploration de nouvelles formes de vulgarisations et de contact avec les publics, sur les enjeux politiques et matériels de l’innovation intellectuelle, et sa (ré)appropriation par les publics directement concernés.

Geoffroy de Lagasnerie est philosophe et sociologue. Il est professeur à l’Ecole nationale supérieure d’arts de Paris-Cergy. Auteur notamment de Juger, L’Etat pénal face à la sociologie (Fayard, 2016), L’Art de la révolte. Snowden, Assange, Manning, (Fayard, 2015), La Dernière Leçon de Michel Foucault (Fayard, 2012), Logique de la création (Fayard, 2011)

Nos axes de recherche

Mis en avant

LA POLITIQUE AUX MARGES

Le laboratoire APP souhaite manifester son intérêt pour les formes minoritaires et minorisées du politique. Il souhaite s’inscrire comme relais et amplificateur de nouveaux modes d’explorations du monde social, et des nouveaux questionnements politiques qu’ils suscitent.

Le laboratoire s’investit
– à la fois dans le champ social, en s’intéressant aux manifestations et aux mobilisations d’acteurs et d’actrices dont la parole reste peu relayée et dont l’engagement politique présente un intérêt par les enjeux qu’ils soulèvent
– et à la fois au sein des disciplines universitaires, en portant son attention sur des méthodes de recherches originales, dont l’intérêt scientifique et pédagogique est clair mais reste peu valorisé face aux traditions académiques

Nous centrons notre réflexion sur :
1) des modes d’actions politiques peu légitimes mobilisés par les acteurs et actrices des mondes sociaux : infrapolitique, nouveaux mouvements sociaux, politique aux interstices
2) les chercheurs et chercheuses qui les étudient (l’action du chercheur, de la chercheuse et de sa recherche, les productions et effets de la recherche dans les mondes sociaux). Cela permet de mener des débats tant sur des questions de réflexivité que d’épistémologies.
3) des modes d’expressions artistiques et médiatiques minorés et/ou méconnus, et à leurs interpénétrations avec l’élaboration de nouveaux concepts politiques et scientifiques.

Ouverture du Carnet

Bienvenue sur APP, le nouveau carnet Hypothèses du laboratoire junior SophiAPP !

Les notions d’action, de pratique et/ou de public furent centrales pour de nombreuses philosophies et approches sociologiques françaises et internationales à partir des années 1950 (marxisme, nouveaux mouvements sociaux, théorie de l’acteur rationnel, etc.), et sont devenues du fait de cette histoire intrinsèquement polémiques et essentiellement transdisciplinaires. Ce carnet aura pour but de réunir de jeunes doctorants dont les travaux de thèse mobilisent ces notions, pour les faire dialoguer avec des chercheurs, jeunes ou confirmés et issus d’autres disciplines, pour leur permettre à la fois d’avancer dans leurs propres travaux et pour proposer leurs contributions.

Nous vous souhaitons une excellente visite sur notre site et de belles découvertes !