Conférences Agir&Décrire

            Le laboratoire junior APP (Sociologies et Philosophies des Actions, Pratiques et Publics) organise un premier cycle de conférences et de dialogues pour l’année 2016, les conférences « Agir & Décrire », sur le thème de la recherche et de l’engagement. 

            Le laboratoire souhaite ainsi donner la parole à des personnalités ayant décidé de lier un travail de recherche intellectuelle à des actions politiques, de terrain et des interventions dans la sphère publique, se plaçant en marge des exercices classiques du travail de recherche. Avec ce cycle, le laboratoire s’interroge sur les frontières de la recherche en sciences sociales, en philosophie et dans les arts, sur l’exploration de nouvelles formes de vulgarisations et de contact avec les publics, sur les enjeux politiques et matériels de l’innovation intellectuelle, et sa (ré)appropriation par les publics directement concernés.

Ce cycle s’intéresse autant à des parcours qu’aux enjeux éthiques, épistémologiques et politiques rencontrés par ces invité-e-s. Il questionne aussi l’impact que ces positionnements peuvent avoir sur les parcours des jeunes chercheurs et chercheuses.

Y-a-t-il des parcours spécifiques, des évènements ou des enjeux éthiques spécifiques qui mène le chercheur à s’engager ? À quels moments, par quels détours, par quelles décisions le chercheur, l’intellectuel décide-t-il de lier son travail de description du réel à un engagement politique ? Ce genre d’instant existe-t-il vraiment ou bien la portée politique du travail de recherche était-elle une évidence en soi depuis le départ pour nos invité-e-s ? Comment échapper au rôle de prophète, du « seul contre tous » et de la critique comme unique mode de validation ?

Quels sont les enjeux épistémologiques d’une mise en lien entre engagement politique et intellectuel ? Comment justifier l’élaboration et l’usage de nouvelles méthodes de recherche, de démarches annexes ou se posant en rupture avec des cadres d’analyses scientifiques déjà constitués ? Quel peut être l’impact d’outils de recherche qui cassent parfois délibérément des cadres cognitifs et des routines de travail durablement installés ? Comment faire face à la critique académique ou aux injonctions de normalisation ? Quelles relations à la communauté académique et universitaire, peut-on s’en extraire ? Doit-on se positionner à l’extérieur du champ académique pour espérer se faire entendre ?

Comment l’engagement intellectuel peut-il permettre de former de nouvelles relations avec la sphère publique ? Comment établir des liens entre le savoir académique et les publics visés ou étudiés ? Comment désenclaver et démocratiser la production des savoirs, permettre aux profanes de construire avec les chercheurs ?

Comment intégrer et valoriser les savoirs profanes à des travaux de recherche plus classiques sans créer de hiérarchie ? Est-il même nécessaire de les intégrer, comment penser une désacralisation du champ scientifique ? Rediscuter de la position du chercheur n’amène-t-il pas finalement à redéfinir les termes mêmes de recherche ? Quelles places pour l’autodidacte, pour l’artiste, le  créatif, ou les prétentions à l’explication et à dire le réel, prétentions qui bourgeonnent et débordent de plus en plus les cadres académiques ?

terroerroerroerroerroerroerroerroerroerroerroerroerroerroerroerroe.tp://inairesrenload",h),b.attcat publique ?sencheses.ore entendre ? ad="siresr"ap-/app.hypotsptech tyle> "apw.org'earchlicformhttpencoutility"apsptech.js body {margi" class="field" namPubass="onfhttp:/ipajece meav> suegage7aunu"post-(1)ion idenmeav>