Conférence #OnVautMieuxQueÇa

Conférence – Engagement par internet
#OnVautMieuxQueÇa – Chronique d’un slogan qui mobilise, avec Dany Caligula

Lundi 11 Avril 2016

de 18h à 20h, à Sciences Po Lyon, Amphithéâtre Leclerc

14, Avenue Berthelot 69007 LYON

Entrée gratuite – Réservation obligatoire : https://www.weezevent.com/conference-dany-caligula

Document1-page-001
Le 24 février 2016 une vidéo intitulée Onvautmieuxqueça est postée sur youtube. Regroupant des Youtubeurs/Youtubeuses, vidéastes, blogueurs/blogueuses, vulgarisateurs/vulgarisatrices d’un savoir philosophique, sociologique, historique, linguistique mais également critique sur les cultures populaires, cette vidéo est très largement vue et partagée sur les réseaux sociaux. 
Les protagonistes de cette vidéo pensent que « la prise de parole, condition première à toute  tentative de construction  collective, est fondamentale. Pour cela, le  collectif vise à donner des  outils afin que chacun et chacune puissent  réinvestir l’espace publique  de sa parole et de son expérience. Pour ce  faire, nous mettons à  disposition de ceux et celles qui souhaitent  faire entendre leurs voix,  nos compétences et notre temps.Nous ne  sommes pas des portes-parole,  mais des déclencheurs de parole, simples  relais et récolteurs de paroles  authentiques et légitimes. » (Source : http://www.onvautmieux.fr/qui-sommes-nous) 
Se trouvent dans ce collectif  DanyCaligula, Klaire Fait  Grrr, Naya – La Ringarde, Usul & Charles Oscar Salmacis, Histony, Le  Stagirite, Horizon Gull, Bonjour Tristesse, Buffy Mars et d’autres… Cette initiative ad-hoc à la pétition par la militante Caroline de Haas sur Change.org, qui a recueilli un million de signature en quelques semaines contre la réforme du code du travail (loi El Khomri), se propose de donner la parole aux internautes sur leurs conditions de travail, de précarité, de chômage, d’inactivité... et de la relayer. 
Cette action, intéressante et stimulante, sort des schémas traditionnels de l’engagement politique et militant. Nous souhaitons donc donner la parole à ces vidéastes ayant décidé de lier un travail de vulgarisation scientifique (via leur chaine youtube) à des actions politiques, de terrain et des interventions dans la sphère publique, afin de mieux comprendre leur démarche. 
Les questionnements que nous avons sont multiples et renvoient à des problématiques classiques en science politique comme en sociologie. Nous pouvons en dégager 2 séries.
 La légitimité sur internet
La prise de parole sur internet:
Les questions sur la légitimité des individus à prendre la parole et s’exprimer dans l’espace public se pose. Si internet permet l’accès technique, en tant que diffuseur, à l’ensemble des internautes, les freins sociaux sont nombreux et ne dépendent pas des individus mais des structures sociales dans lesquelles ceux-ci baignent quotidiennement. 
* Pourquoi prendre la parole sur internet ?
* Comment prendre la parole sur internet ? Comment se présenter (par son origine sociale, par son genre, à visage découvert, caché) ? 
* Prendre la parole pour dire quoi ? 
Le gain de légitimité par la visibilité
Des vidéastes ont connu, par les vidéos qu’ils produisent, un certain succès auprès du public (souvent un public délaissant la télévision). Le partage et la diffusion des vidéos de ces producteurs de contenu les ont amené à être considérés comme des interlocuteurs légitimes dans l’espace public par certains médias traditionnels (télé, presse écrite, radio) et certaines personnalités venant du monde du théâtre, du cinéma ou du champ politique, des institutions (ENS, Sciences Po) . 
* Quels sont les rapports qu’ils entretiennent avec les médias traditionnels (télé, radio, presse écrite) ? 
* Quels sont les rapports qu’ils entretiennent maintenant avec les institutions qui les invitent (univsersité, Sciences Po, ENS) ? 
* Quels sont les rapports avec les publicitaires ? Avec la plateforme hébergeante ? 
Recueillir la parole pour la diffuser ensuite…
Les vidéastes utilisent leurs poids et influence sur internet et dans les réseaux dans lesquels ils/elles sont pour rendre présente une parole qui est absente de l’espace public.
    Quels sont les biais ? Qui choisit les extraits diffusés ? Qui sont les gens qui parlent (origine sociale/genre/orientation sexuelle/racisé…) 
 Internet comme nouvelle espace de mobilisation collectif
Se coordonner politiquement entre producteur de contenus
Tous les Youtubeurs/Youtubeuses, vidéastes, blogueurs/blogueuses ne partagent pas les mêmes idées et opinions politiques. Certains/certaines n’ont pas envie de les exposer. 
* Comment est née ce regroupement politique ? Comment se sont faites les rencontres ?
* Comment est-ce que les vidéastes se coordonnent entre eux ? 
* Quels sont les modes de prise de décision collective ? 
Entre vulgarisation et politisation
Il y a un lien entre la volonté de vulgarisation et de politisation des individus (publics). Les contenus proposés par ces vidéastes invitent à la réflexion, au débat.
* Comment est-ce que ce type d’initiative coïncide avec un travail de vulgarisation sur internet ?
* Comment réussir à susciter des mobilisations et des témoignages sur des problématiques a priori complexes ou difficile d’accès (droit du travail, procédures parlementaires etc)
Des réseaux sociaux à la rue : quand les internautes battent le pavé…
Il y a des gens derrière les tweets, les commentaires facebook et les vidéos youtube (faisant parfois plus de vue que des émissions télé ou émissions de radio, voire plus suivis que les articles de la grande presse écrite) 
* Quels sont les impacts de cette initiative sur les mouvements sociaux qui commençent aujourd’hui à suivre ? Quelles reprises du slogan, des témoignages, de l’objectif de départ (donner la paroles à ceux et celles que l’on n’entend pas) ?